Rencontre autour de : « Rabelais assassiné »

Date: 14 January 2015

Organisateur : Marie-Luce Demonet

Résumé : 

Rabelais n’a pas été brûlé pour ses blasphèmes, mais il l’a sans doute échappé belle. Plagiaire par anticipation de Charlie Hebdo, il avait déjà épinglé ses cibles (la Sorbonne intégriste, la Rome corrompue, et les calvinistes qui l’avaient accusé d’être libertin) à l’aide d’une satire plus ou moins féroce ou subtile, parfois à coups de blagues scatologiques (les étrons fumants), obscènes (lisez ou relisez le conte du laboureur, du diable et de la vieille, dans le Quart Livre de Pantagruel), et aussi peu féministes qu’un dessin de Wolinski. Accusateur des dévots brutaux qui envoient au bûcher ou à la corde tous ceux qu’ils déclarent « hérétiques », et défenseur de ceux qui ont « fait la figue » au pape ou à ses papimanes, il a déjà dessiné plus d’un doigt ou un bras d’honneur bien Charlie aux tueurs se réclamant d’une religion qu’ils ignorent.

Je commente les romans de Rabelais depuis quarante ans : à l’université « François Rabelais » de Tours nous étudions les blasphèmes dans la fiction, en peinture ou en mots. Nous n’avons pas l’intention d’arrêter.

 

17h, Salle Rapin