Les Musiciens d’Église à la fin de l’Ancien Régime : une société à part ?

Date: 23 October 2015 to 24 October 2015

Documents à télécharger : 
PDF icon Programme.pdf

Résumé : 

Journées d’étude vendredi 23 et samedi 24 octobre 2015, au Mans, proposées par le réseau MUSÉFREM, l’Université du Maine et le Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR 6258), avec le soutien du Centre de musique baroque de Versailles (CMBV), équipe de recherche associée au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR, UMR 7323), et avec l’appui du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), de l’Institut de Recherche en Musicologie (IReMus, UMR 8223) et du Centre de Recherche et d’Études « Histoire et sociétés » (CREHS, EA 4027, Université d’Artois).

L’enquête Muséfrem a permis de connaître plus finement le milieu professionnel des musiciens d’Église à la fin de l’Ancien Régime. La base de données progressivement publiée en ligne (http://philidor.cmbv.fr.musefrem/) met en évidence la force et la diversité des relations que ses membres nouaient entre eux (circulation d’informations lors des changements de poste, amitiés, solidarités, rivalités, endogamie...), au point qu’on peut penser que les dynamiques internes du milieu en dépendaient largement (itinéraires professionnels et géographiques, influences croisées, styles musicaux…).

Les journées d’étude Muséfrem de l’automne 2015 visent à approfondir la connaissance de l’entre-soi des musiciens d’Église à la veille de la Révolution et à dégager des normes de comportement du groupe, autour de la double problématique des sociabilités et de l’identité.

Quels sont les réseaux intérieurs qui structurent le monde des musiciens, l’unifient ou le hiérarchisent ? Peut-on observer des traits de sociabilité différents selon l’âge, les statuts (bénéficier/gagiste, clerc/laïc, célibataire/chef de famille…) ou les lieux d’exercice ? Et, en corollaire, à quoi tient et comment s’exprime le sentiment d’appartenance à un corps ? Quelle place la défense d’intérêts communs face aux chanoines employeurs tient-elle dans la cohésion du groupe ?

On s’interrogera également sur la manière dont cet entre-soi professionnel s’ouvre (ou non) et s’inscrit dans l’environnement social, culturel, relationnel de l’espace fréquenté par les musiciens concernés, quelle que soit l’échelle de cet espace (l’église, le quartier, la ville, la province...).

Enfin, à l’occasion de cette rencontre, on fêtera les nouveaux départements mis en ligne sur la base Muséfrem, qui portent à près de 1 800 le nombre de biographies désormais publiées.