Guillaume Pinet

Titre de la Thèse: Vivre, penser et écrire la guerre chez les mémorialistes militaires français du long XVIe siècle (1494-1629)

Courriel: guillaume.pinet@etu.univ-tours.fr

Date de début de la thèse: 2017

Directeur (trice): Pascal Brioist

Discipline: Histoire

Résumé: 

L’enjeu du projet est d’étudier les relations entre l’expérience du conflit armé et l’écriture de la guerre chez les militaires français du XVIe siècle auteurs de Mémoires. La guerre, telle qu’elle se manifesta aux hommes de la Renaissance, a semblé justifier, pour certains, le recours à la littérature comme outil de témoignage, de démonstration d’un savoir-faire éminent pourtant jalousement protégé, mais aussi comme occasion de plaisir ou élément de preuve. Si l’idée selon laquelle la guerre moderne aurait engendré un besoin tout à fait nouveau de témoigner est abusive, en revanche, celle selon laquelle les conditions historiques, sociales et politiques du siècle ont entraîné des expériences inédites dans les pratiques, les savoirs et les discours militaires, dont font partie les Mémoires, paraît tout à fait légitime.
Cette étude consacrée à la place des Mémoires dans l’économie générale de la culture de guerre s’organisera autour de trois volets, vivre, penser et écrire la guerre, dont il faut examiner les multiples articulations. Si les auteurs n’ont pas tous proposé la même combinaison entre les sphères de l’expérience vécue, de l’analyse réflexive et de la mise en récit, l’hypothèse peut être posée que, quelle que soit la diversité des intentions manifestes, il faut considérer leurs textes comme autant d’actes d’élucidation politique des réalités vécues durant le siècle, comme des discours politiques.
Ce projet s’inscrit dans les perspectives développées par Hervé Drévillon (Batailles, 2007) et Stéphane Audoin-Rouzeau (Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne, 2008) qui étudient la guerre comme un fait de société par excellence, ouvrant ainsi une lecture plus anthropologique, culturelle et sociale du phénomène.
Les recherches se limiteront à la France, ce qui offre l’avantage d’une disponibilité quasi immédiate de sources riches, « souvent citée[s], voire pillée[s], mais rarement étudiée[s] » (H. Drévillon) par les historiens, de la guerre notamment. La période retenue pour l’étude est un long XVIe siècle : le royaume a lancé et accompagné un phénomène nouveau en devenant le laboratoire de guerres à la fois vécues et pensées par deux générations d’acteurs-auteurs, ceux des guerres d’Italie (1494-1559) et ceux, parfois leurs fils, qui s’engagèrent dans les guerres de religion (1562-1629). Le phénomène de l’écriture de Mémoires étant protéiforme, il est important de l’envisager dans une perspective comparative.
Ce travail de bilan oblige à mobiliser plusieurs disciplines. Un travail mené sur le discours permettra, en rendant compte de la complexité d’œuvres qui tour à tour normalisent les vertus militaires, décrètent le vocabulaire approprié, dessinent la figure de l’homme de guerre idéal ou évacuent totalement certains aspects de la guerre, de mieux saisir leur dimension politique. Les apports de l’anthropologie historique, de l’histoire culturelle, du livre et des usages de l’imprimé, permettront quant à eux d’analyser la place de ces textes au sein de la sociabilité guerrière, tout en abordant les questions essentielles du corps en guerre, de la violence et de la peur.

CV court: 

Travaux de recherche :
Mémoire de master 2 : « Entre vertu et technique : Brantôme et le discours sur la guerre » (sous la direction de Pascal Brioist, 2015, mention Très Bien)
Mémoire de master 1 : « L’homme de guerre dans la “République” de Brantôme à travers les Vies des grands capitaines » (sous la direction de Pascal Brioist, 2014, mention Très Bien)

Communication :
Participation au colloque « Pierre de Bourdeille, sieur de Brantôme, homme de guerre et homme de cour » (4 & 5 octobre 2014, Brantôme), communication avec Pascal Brioist portant sur « L’art de la guerre dans les Vies des Grands Capitaines de Brantôme »

Expériences professionnelles :
2016-2017 : professeur fonctionnaire-stagiaire, collège Jean-Philippe Rameau de Tours (37)
2006-2016 : concepteur de site Internet (webdesigner) et chef de projet multimédia (diverses entreprises à Tours, Paris et travailleur indépendant)

Cursus studiorum: 

2017 : Contrat doctoral au Centres d’études supérieures de la Renaissance (CESR, université François-Rabelais, Tours)
2015 : Master 2 Genèse de l'Europe Moderne (CESR, université François-Rabelais, Tours)
2014 : Master 1 Renaissance et Patrimoine (CESR, université François-Rabelais, Tours)
2013 : Licence d’Histoire (université François-Rabelais, Tours)
2007 : Licence pro. Activités et Techniques de Communication (Institut Universitaire et Technologique, université François-Rabelais, Blois)
2006 : DUT Services et Réseaux de Communication (Institut Universitaire et Technologique, université François-Rabelais, Blois)