Le nu dans la littérature de la Renaissance

Auteur(s): Émilie Séris

Date de parution: 27 January 2022

ISBN:  978-2-86906-803-2

Lien vers l'éditeur: 
Presses Universitaires François-Rabelais, « Renaissance », n°36

Résumé: 

Le nu a-t-il eu à la Renaissance le même succès dans la littérature que dans les arts ? Ce livre propose une première synthèse sur le sujet en identifiant une variété de nus dans les textes de la Renaissance et en analysant leurs modèles, leurs significations et leurs procédés d’écriture.
Retravaillant les exemples antiques et médiévaux, la littérature de la Renaissance a développé les fonctions comique et érotique du nu. En effet, dans la suite de la tradition médiévale, la dérision du corps s’exprime dans la nouvelle en langue italienne, dans l’épigramme latine, mais aussi parfois dans l’élégie ou dans les récits des grandes découvertes, mettant à nu la condition humaine. Toutefois, si le nu alimente à la Renaissance la satire des mœurs, il n’en continue pas moins de célébrer l’amour et la fécondité : littérature et arts perpétuent la fonction érotique du nu archaïque en l’adaptant aux cadres du mariage chrétien. Enfin, il apparaît que les nouvelles théorisations humanistes du corps, qui ont bouleversé sa figuration en art, ont aussi modifié les codes de sa description littéraire : les recherches sur la symétrie du corps humain, sur l’anatomie ou sur le mouvement n’ont pas manqué non plus d’influencer le nu dans la littérature de la Renaissance.

Émilie Séris est maître de conférences-HDR en latin à Sorbonne Université (UR 4081 « Rome et ses renaissances »). Elle est spécialiste de poésie et de poétique latines de la Renaissance et travaille en particulier sur la comparaison des arts (ut pictura poesis).