Océane Magnier

Titre de la Thèse: "Odoreux perfums, flairante redolence et précieuses senteurs" : les parfums dans la France du XVIe siècle

Courriel: oceane.magnier@etu.univ-tours.fr

Date de début de la thèse: 2022

Directeur (trice): Pascal Brioist

Discipline: Histoire

Résumé: 

La Renaissance est caractérisée par un renouveau des arts et des sciences, une remise en question des connaissances, où plusieurs facteurs influencent l'évolution de l'art de la parfumerie. De nouvelles routes maritimes sont tracées, permettant ainsi l'apport de nombreuses substances exotiques ; des recherches pour améliorer la technique de distillation sont aussi entreprises, sans oublier l'invention de l'imprimerie qui permet une importante diffusion des procédés et des savoirs, notamment par le biais des recettes. Particulièrement estimées à la Renaissance pour être un moyen de survivre à la peste noire, les fragrances parsèment les livres de secrets et les réceptaires, ainsi que les traités de médecine, de pharmacologie, de botanique, de chirurgie et les manuels d'apothicaires. Toutefois, malgré l'omniprésence des senteurs et des parfums au XVIe siècle, l'histoire de la parfumerie dans la France de cette période reste encore peu étudiée. Le domaine de la parfumerie au XVIe siècle recoupe la pharmacopée, la médecine, l’alimentation, les cosmétiques et l’alchimie. S’intéresser aux senteurs, aux essences et autres produits parfumés, implique l’étude des ingrédients, des procédés de fabrication, du matériel employé, et de la figure du praticien. Il faut donc s’interroger sur la profession du parfumeur, à la fois herboriste, apothicaire, alchimiste. Celle-ci s’est institutionnalisée au fil du temps, en puisant dans des terreaux de pratiques diverses. Les parfums occupaient une place essentielle dans la vie sociale du XVIe siècle et faisaient l’objet de multiples usages, qui s’identifient alors dans des recettes, des ingrédients, des procédés, et dans les savoirs tacites qu’il mobilise.

CV court: 

La Renaissance est caractérisée par un renouveau des arts et des sciences, une remise en question des connaissances, où plusieurs facteurs influencent l'évolution de l'art de la parfumerie. De nouvelles routes maritimes sont tracées, permettant ainsi l'apport de nombreuses substances exotiques ; des recherches pour améliorer la technique de distillation sont aussi entreprises, sans oublier l'invention de l'imprimerie qui permet une importante diffusion des procédés et des savoirs, notamment par le biais des recettes. Particulièrement estimées à la Renaissance pour être un moyen de survivre à la peste noire, les fragrances parsèment les livres de secrets et les réceptaires, ainsi que les traités de médecine, de pharmacologie, de botanique, de chirurgie et les manuels d'apothicaires. Toutefois, malgré l'omniprésence des senteurs et des parfums au XVIe siècle, l'histoire de la parfumerie dans la France de cette période reste encore peu étudiée. Le domaine de la parfumerie au XVIe siècle recoupe la pharmacopée, la médecine, l’alimentation, les cosmétiques et l’alchimie. S’intéresser aux senteurs, aux essences et autres produits parfumés, implique l’étude des ingrédients, des procédés de fabrication, du matériel employé, et de la figure du praticien. Il faut donc s’interroger sur la profession du parfumeur, à la fois herboriste, apothicaire, alchimiste. Celle-ci s’est institutionnalisée au fil du temps, en puisant dans des terreaux de pratiques diverses. Les parfums occupaient une place essentielle dans la vie sociale du XVIe siècle et faisaient l’objet de multiples usages, qui s’identifient alors dans des recettes, des ingrédients, des procédés, et dans les savoirs tacites qu’il mobilise.

Thèmes de recherche: 

  • Histoire des sciences et des techniques (ingrédients des parfums, processus de leur manufacture, matériel utilisé)
  • Histoire de la médecine
  • Histoire de l’alchimie
  • Histoire de la cosmétique
  • Histoire de la botanique et de la gastronomie
  • Histoire culturelle : une anthropologie des parfums
  • Sociologie des usages du parfum dans la France de la Renaissance
  • Circulation internationale des produits et des savoir-faire

Cursus studiorum: 

  • 2021-2022 — Master 2 Cultures et Patrimoines de la Renaissance, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours.
  • 2020-2021— Master 1 Cultures et Patrimoines de la Renaissance, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours.
  • 2017-2020 — Master en Conservation-restauration d’œuvres d’art, spécialité peinture, finalité approfondie, avec Grande Distinction, École Supérieure des Arts Saint-Luc, Liège, Belgique.

Mémoire de master : « Étude de l’adhésion et de l’adhérence d’une peinture sur cuivre, d’après les procédés des anciens traités », Mention Très Bien, 17,5/20. Directeur de mémoire : Monsieur Nico Broers.

  • 2016-2017 ; 2014-2015 — Bachelier en Conservation-restauration d’œuvres d’art, 2014-2015, spécialité peinture, finalité approfondie, avec Distinction, École Supérieure des Arts Saint-Luc,

Liège, Belgique.

Participation à des conseils, comités, associations...: 

Présentations :

  • 02/2022 et 02/2021 — « L’imitation des pierres précieuses dans les livres de secrets en France, à la Renaissance. Le Ms. Fr. 640 et autres textes ».

Atelier M2 Les savoirs de la main à la Renaissance, Centre d'Études Supérieures de la Renaissance, Pascal Brioist, Fev. 2021 et 2022, Tours, France.

  • 12/2018 —« Study of the adhesion of copper paintings, according to the procedures of the old treaties. »

Présentation dans le cadre de la conférence Conservation Talks, Big research in tiny speeches, organisée par SHAKE in Conservation, Museum La Boverie, Liège, Belgique.

Représentation :

  • depuis 2021 — Représentante titulaire des usagers de l'UFR CESR

Publications: